Voyages culinaires


En Guadeloupe pour les vacances d’été,  ce fut l’occasion pour moi de retourner sur les traces de mon enfance avec mes enfants, de profiter un maximum des merveilles de « Karukéra« , d’aller à la rencontre des marchands locaux et de partager ces quelques moments forts avec vous.

Tout d’abord, quelques belles vues de la Guadeloupe !

 La plage de Malendure à bouillante sur la côte sous le vent ; je voyais les gens courir avant d’atteindre la mer et je me demandais pourquoi ? Eh bien c’est à mon tour de courir maintenant et je sais pourquoi (eh oui, j’avais oublié) ; le sable noir est brûlant, une vraie plaque chauffante (je conseille de garder les sandales jusqu’au moment de mettre les pieds sur le sable humide). En face, on aperçoit l’ îlets pigeon. C’est  la réserve Cousteau. Une des plus belles destinations de plongées aux Antilles.

voyages culinaires

voyages culinaires

voyages culinaires

Très belle plage de sable blanc à Sainte-Anne, un bleu turquoise magnifique !

voyages culinaire

 

voyages culinaires

 

Beau flamboyant d’un rouge spectaculaire, le long des plages ou des routes !

Voyages culinaires

Les hibiscus sont magnifiques et de différentes couleurs.

Voyages culainaires

vacances culinaires

Vacances culinaires

vacances culinaires

vacances culinaires

L’Alpinias avec ses multiples pétales rouges vifs

vacances culinaires

 

Trompette d’ortrès jolie fleur en entonnoir jaune d’or

Voyages culinaires

Ce cocotier mesure au moins 20 mètres, enfin c’est mon avis. Il est long, très très long. J’ai l’impression qu’il touche le ciel ! Il est magnifique !

vacances culinaires

 

voyages culinaires

 

voyages culinaires

 

Maintenant, il est temps pour moi d’aller savourer les petites douceurs de mon enfance avant d’aller à la rencontre de certains marchands pour de l’authenticité, le petit coup de main à l’antillaise.

Le sucre à coco (sik a coco), petites confiseries à la noix de coco, la recette est ICI

déco 013n

Sucres à coco

Le vrai rocher coco antillais. Une texture bien différente du rocher coco congolais.

Voyages culinaires

Galette au cocoà partager en famille ! Je l’aime tendre, pas trop sec, aux Antilles, on l’appelle Chiquini

voyages culinaire

chiquini

Chiquini (galette coco)

Le pâté coco, authentique ! Une texture qui rappelle le petit coup de main à l’antillaise. Je n’ai jamais réussi à obtenir une pâte brisée à l’ancienne comme celle-là, (j’ai essayé un bon nombre de fois, je perds pas espoir, mais je pense que le climat joue un rôle non négligeable quant au résultat).

sucre à coco 005a

Pâté coco

Ce mont-blanc était trop bon ! La crème au coco était délicieuse, la génoise légère et bien aromatisée. Mon seul regret ; je n’ai pas retrouvé le coup de main d’antan !

voyages culinaires

Le cornet coco, je me souviens encore de cette petite douceur, à la sortie de la messe le dimanche ! C’était  un cornet préparé avec de la pâte brisée bien moelleuse, fourrée d’une crème épaisse au coco bien parfumée, un vrai moment de plaisir ! Je suis  déçue, je n’ai pas retrouvé le goût du coco dans la crème pâtissière et le cornet réalisé avec de la pâte feuilletée était trop sec, dommage ! Ma recette est ICI, j’ai essayé de le réaliser avec mes souvenirs d’enfance et je m’en sors pas trop mal, je dois dire !

vacance culinaires

La doucelette est une petite confiserie délicieuse au bon goût de coco (préparée à partir de lait de coco et cuit à plus de 120°) que l’on peut savourer à tout moment. La recette est ICI

doucelettes coco

Doucelettes coco

voyages culinaires

 

En balade à Basse-Terre, je me suis retrouvée sur le port et le hasard a bien fait les choses, puisque ce jour-là, il y avait  une journée consacrée aux jeunes créateurs, artisans locaux…. Ce fut l’occasion pour moi d’approcher nos marchands. C’est ainsi que j’ai fait la connaissance de Séverine…

 

Séverine ? Une jeune femme accueillante, souriante. Elle débute dans le métier avec le soutien de sa mère. Elle réalise des douceurs à l’ancienne, pour garder la tradition et elle a raison. Nous ne voulons pas la voir disparaître. La plupart de nos aînés nous ont quittés, ou bien ils ne s’en souviennent plus (c’est le cas de ma mère) ou alors, ils ne veulent pas transmettre. En tout cas, avec Séverine, le goût est là, les épices et surtout, le savoir-faire d’autrefois. Elle se situe à Sainte-Anne à châteaubaun – Tél. : 0690203892

vacances 2015 95

Elle réalise des gourmandises spectaculaires par leur proportion, comme le « docoune au coco« . Je pensais trouver en bouche un gâteau bourratif, mais non, il est moelleux, léger et bien épicé. Je ne connaissais pas du tout le « docoune au coco »,  très gourmand !

vacances culinaires

Le pudding à l’ancienne, fourré de fruits frais exotiques. Trop bon !

vacances culinaires

 

vacances culinaires

Bien sûr, le sucre à coco râpé ou haché

vacances 2015 345sucre

Sucres coco

Toutes ces petites sucreries sont réalisées à partir de lait ou de noix de coco. Délicieux, on peut les savourer à toute heure ! Je me souviens, enfant on se régalait  aussi avec celles préparées au sirop de grenadine et de menthe (recettes perdues à jamais, mais peut-être qu’un jour, j’arriverai à les préparer). De nos jours, elles sont présentées en miniature et lors des cérémonies de mariages, baptêmes… Elles sont offertes en cadeau dans des contenants à dragées.

vacances culinaires

Confiture surelles, popotes de fruits à pain confit. Aujourd’hui, on trouve le fruit à pain sous toutes ses formes dans la pâtisserie Antillaise (cakes pops, cheaudeau ‘j’ai pas eu l’occasion d’en goûter), gâteau…).

voyages culinaires

Popote de fruit à pain

vacances culinaires

 

voyages culinaires

 

Je quitte Séverine, j’ai envie de savourer un bon sorbet au coco. Encore une fois, je suis à la recherche de goût, d’authenticité et Michelle, souriante et agréable va m’apporter ce plaisir. Je précise quand même que c’est laborieux de tourner cette manivelle pendant des heures et en plus, quand la glace commence à prendre elle devient encore plus dure à tourner.

 

vacances 2015 49

Le sorbet de Michelle est bon, crémeux, on pourrait en reprendre facilement !

vacances 2015 48

Michelle… Vous ne pouvez pas la rater, elle se trouve sur le marché, dans le bourg de Pointe-Noire, avec en face une belle vue sur la mer. Le dimanche après-midi, elle est la seule à faire tourner sa sorbetière. Bonne continuité Michelle et à bientôt !

Néanmoins, je pensais voir passer les marchands de sorbets et de petites douceurs traditionnelles devant la maison comme autrefois le dimanche,  mais j’ai pu constater que cette pratique a disparu soit parce que nos aînés nous ont quittés où sont tout simplement retraités et qu’il n’y a pas eu de relève, dommage (mes enfants ne connaîtront pas ces moments agréables de la vie qui restent gravés dans la mémoire) !

 

voyages culinaires

 

Un petit chocolat chaud au cacao, ça vous dit ? Moi oui ! Alors je vais faire découvrir à mes enfants un lieu unique à Pointe-noire, où on prépare le chocolat chaud au cacao d’antan, la Maison du cacao. Histoire et dégustation autour d’un bon chocolat chaud préparé à partir de cacao, d’eau, d’épices et cuit à feu doux jusqu’à onctuosité ! Un vrai délice, idéal pour les personnes qui font du cholestérol ou qui ont l’estomac fragile !

voyages culinaires

 

Une visite guidée qui m’a permis de comprendre la fabrication et la reproduction du « cacaoyer » ou « cacaotier », originaire du Mexique. Il produit des fruits « les cabosses », qui contiennent de nombreuses graines regroupées en épis, appelées « fèves de cacao », (que nous avons goutté, c’est corsé, très corsé).

vacances culinaires

voyages culinaires

 

Chaque graine mûre est entourée d’une pulpe appelée « Mucilage ». Après dégustation, je dois dire qu’elle est vraiment très savoureuse et n’a aucun rapport avec le chocolat noir en bouche.fruit 015l

Après fermentation et torréfaction, les graines sont utilisées pour la fabrication du « cacao » et du « chocolat ».

vacances 2015 31

chocolat cacao

Mon fils de 5 ans qui avait toujours refusé le chocolat au lait durant les vacances, (je me suis dit que c’était peut-être dû à la chaleur), en a réclamé 2 fois. Très souvent, il réclamait la « maison du cacao » pour boire son chocolat, malheureusement ce n’était pas toujours possible.

voici la recette pour 1 litre de chocolat au cacao

  • 150 g de cacao (gwo kako)
  • 130 g de sucre de canne
  • 1 litre d’eau

Mettez le cacao, le sucre et la moitié de l’eau dans une casserole et portez à ébullition à feu doux.

chocolat pur cacao

Laissez fondre et ajoutez progressivement le reste de l’eau en mélangeant avec un mixeur plongeant.

chocolat pur cacao

Aromatisez le chocolat avec  1/2 càc de cannelle en poudre et 1 càc de vanille. Laisser cuire à feu doux pendant 5 minutes et savourez !

Chocolat chaud pur cacao

Pour la petite histoire, à l’état sauvage le « cacaoyer » a beaucoup de mal à se reproduire puisque ses graines sont enfermées dans la « cabosse » qui ne s’ouvre jamais seule à maturité et qui ne tombe jamais. Pour sa reproduction, il lui faut donc l’aide du prédateur « Toto Bwa  » (un oiseau) qui pour se nourrir du « mucilage », fera tomber quelques amandes sur le sol humide et voilà

 

voyages culinaires

 

Les vacances se terminent, enfin pas tout à fait ; je devais absolument faire découvrir à mes enfants les « arbres fruitiers à l’état sauvage » sous les bois, j’adore me balader en forêt. C’est toute mon enfance,  je dois leur transmettre ce petit héritage. Certes, les arbres fruitiers ne sont plus aussi nombreux à cause : du recul de la forêt – l’urbanisation-mauvais temps-maladies… Mais ils en restent encore, donc inutile de vous dire que nous avons fait le plein de vitamine C avec les sept variétés de mangues ci-dessous :

voyages culinaires

voyages culnaires

voyages culinaires

Mango fil (juteux, mais les fils restent entre les dents, enfin si elles ne sont pas serrées)

voyages culinaire

 

voyages culinaires

Mango cocobourrique,  au goût particulier et juteux

voyages culinaires

voyages culinaires

Mango rond, délicieux, juteux et en grande quantité

voyages culinaires

voyages culinaires

Mango pomme (une petite mangue bien sucrée, j’aime cette variété). Jadis, il y en avait des tas et des tas de manguiers de cette variété pas si loin de chez ma mère, on les ramassait par sac. De nos jours, elles sont en voix de disparition ! J’ai pu les déguster grâce à mon petit frère que je remercie d’ailleurs !voyages culinaires

Mangotine,  une variété de petites mangues malmenées par les oiseaux et en voix de disparition à cause de maladies (j’ai pu en déguster, mais sa pulpe est remplie de ganglions, n’est plus intéressant), quel dommage !

voyages culinaires

voyages culinaires

Mango greffier, bien connue sous le nom de Julie. Autrefois, cette mangue était considérée comme un dessert de luxe. On ne la trouvait pas à l’état sauvage. Mais aujourd’hui, elles sont en gaspillage et elles font le bonheur des oiseaux aussi).

voyages culinaires

voyages culinaires

vacances 2015 n

Si vous souhaitez des informations sur les propriétés de la mangue, vous pouvez consulter l’article   ICI

Nous avons fait le plein d’énergie avec les mangues, mais aussi avec d’autres variétés de fruits que nous ne trouvons pas toujours sur les étals en France, comme :

Abricot pays

Il originaire des Antilles et du Nord de l’Amérique du Sud. Il est cultivé en Afrique de l’Est et en Asie du Sud-est. Il renferme un à quatre graines brunes ovales. Sa pulpe est charnue et filamenteuse. Elle se consomme bien mûre, nature, confiture, pâtes de fruits, tartes… Il semblerait que les parties de l’arbre aient des propriétés médicinales et insecticides.

voyages culinaires

voyages culinaires

 

 

Amandes pays

Elle est originaire des îles Andaman, archipel malais et de la Nouvelle-Guinée. Elle a été introduite aux Antilles il y a plus d’un siècle. Les fruits sont ovales, un peu aplatis. Sa peau est verte et devient jaune veinée de rouge à maturité. Elle renferme une fine couche de chair acidulée qui recouvre une coque coriace d’aspect liégeux, qui renferme une amande huileuse et douce au goût de noisette. A priori, les parties de la plante auraient des usages médicinaux. Enfant je les ramassais par sac, écrasée avec un peu de sucre, c’était tout juste délicieux, ou bien on les caramélisait. J’ai pu constater, qu’elles sont en gaspillage le long des plages ou sous les bois.

voyages culinaires

voyages culinaires

voyages culinaires

voyages culinaires

La papaye

Magnifique papaye ! Toutes les informations sur la papaye dans les fruits exotiques ICI

voyages culinaires

 

Pomme malacca

Elle est originaire d‘Asie du Sud-est. Elle atteint la Jamaïque en 1793 et se répand aux petites Antilles aux 19èmes siècle. Son fruit est en forme de petite poire allongée ou de petites pommes, est recouvert d’une fine peau rouge pourpre. Sa chair est blanche, croquante et parfumée. elle renferme une graine claire globuleuse d’environ deux centimètres, elle se mange nature et est désaltérante.

voyages culinaires

voyages culinaires

voyages culinaires

Sapotille

Elle est originaire des Caraïbes et de l’Amérique centrale. Sa peau est fine dorée, cannelle ou rouille. Sa chair jaunâtre à brun rougeâtre est juteuse, fondante, très sucrée et parfumée. Elle contient 2 à 12 graines noires allongées. elle se mange lorsqu’elle est très mûre. se consomme nature, sirop, confiture, jus… Je me vois encore en train de les cacher sous le matelas pour mûrir plus vite ! J’ai pas retrouvé la sapotille de mon enfance !

sapotille fruit exotique

sapotille fruit exotique

 

 

Prune pays

Elle est originaire du sud du Mexique au Nord du Pérou et du Brésil. Elle contient un noyau entouré d’une pulpe jaune, parfumée, juteuse et acidulée. elle se mange crue, en confiture ou pour accompagner un bon punch. Je me suis régalée avec ces petites prunes durant toute mon enfance !

voyages culinaires

prune fruit exotique

Tamarin

Il est originaire d’Afrique tropical. L’arbre prend ses aises le long des plages d’où son nom « Tamarin bord de mer ». La forme de sa gousse brune claire est bosselée, droite ou arquée. Sa pulpe brune est filamenteuse, sucrée et acide. Des graines brunes et dures s’y cachent. Elle se mange crue, en jus (peut-être laxatif), confiture, sirop, punch, tamarin glacé…

voyages culinaires

 

tamarin fruit exotique

Quénettes

Le quénettier est un arbre fruitier originaire d’une zone allant de la Colombie à la Guyane. Il atteint les Antilles au début du 19ème siècle.  On l’appelle aussi le « litchi du pauvre ». Sa peau est lisse, fine et de couleur verte. Elle renferme un gros noyau enrobé d’une pulpe translucide jaune-oranger, gélatineuse, acidulée et fibreuse. Elle est mangée crue, en sirop pour accompagner le rhum. Son noyau une fois grillé, ressemble à une amande. Mon grand-père possédait un quénettier, la pulpe très sucrée se détachait du noyau à peine mise dans la bouche, un vrai moment de plaisir !  Je me suis bien régalée avec durant mes vacances !

voyages culinaire

voyages culinaires

Pomme cannelle

Elle est originaire d’Amérique du sud tropical. Sa peau est vert pâle et prend des tons jaunes ou rougeâtres à maturité. elle se compose de protubérances écailleuses que l’on écarte quand il  est mûr. Sa pulpe est blanche avec de petites graines noires luisante aux propriétés insecticides. Sa chair est très tendre et bien sucrée avec un parfum de cannelle. Ce magnifique fruit est délicieux, en jus, sorbet, nature… Je me souviens, on les mettait à mûrir sous le linge !

voyages culinaires

 

pomme cannelle exotique

Ananas bouteille

Elle est cultivée en Guadeloupe. Elle a une forme allongée. À maturité, la couleur de sa peau n’est pas uniforme,  jaune en bas et verte en haut. Je confirme, sa chair est tendre, très parfumée et très sucrée. Plus d’informations sur l’ananas ICI

voyages culinaires

Chadek (pamplemousse pays)

Il est originaire a priori de Malaisie. Aux Antilles on l’appelle « Chadek ». C’est le nom du capitaine qui l’introduit à la Barbade au 17ème siecle. Les fruits sont vert jaunâtre à maturité. Sa peau est très épaisse avec une pulpe jaune pâle, peu juteux et acide amer. Son écorce se confie dans le sucre. Enfant,  quand j’allais chez mon oncle, il me suffisait d’aller dans le jardin, de tendre la main pour cueillir un bon chadek !

voyages culinaires

voyages culinaires

Pomme cythère

Elle est originaire de Malaisie et de Polynésie. Elle est arrivée aux Antilles au XVIIIe siècle. Sa peau est verte et devient jaune à maturité. À l’intérieur se trouve un noyau fibreux et hérissé d’épines qui adhèrent à la pulpe juteuse. On en fait du jus, confiture, sirop, sorbet… J’ai pu en trouver chez mon oncle mais elles sont malmenées par les oiseaux, cela m’attriste !

voyages culinaire

 

voyages culinaires

Orange pays

Elle est originaire de la frontière entre la Chine et le Vietnam. A été importé par Colomb à Haïti en 1493 et est arrivée aux Antilles au cours du 16ème siècle. Son fruit est rond, sa peau contient de petits glands à huile essentielle. Sa peau devient vert jaune à maturité en zone tropicale. Sa pulpe est très sucrée. On aime son jus, oranges glacées au sucre, crème à l’orange… Quel dommage, je suis tombée sur une mauvaise variété (non juteux, très sec à l’intérieur, déçue).

voyages culinaires

voyages culinaires

Maracudja (fruit de la passion)

Pout tout savoir sur le Maracudja c’est ICI. Un fruit très présent sur l’île et très apprécié

voyages culinaires

 

fruit passion exotique

Carambole

Il est Originaire d’Indonésie, il s’est répandu à travers toute la zone intertropicale du globe. Elle a été introduite aux Antilles à la seconde moitié du 18ème siècle. Se mange cru, salade de fruits, jus, sirop, confiture… Il suffit de tendre le bras pour en cueillir, la photo parle d’elle-même ! Quand je pense qu’une carambole coûte 2,50€ sur nos étals et qu’ici elles en gaspillage !

voyages culinaires

Corossol

Le Corossol ou Curasso est originaire d’Amérique tropical. Il se répand dans les caraïbes au 17ème siècle à partir de l’île de Curaçao. Il est en forme de coeur allongé et est hérissé d’épines molles. il est de couleur vert foncé, sa peau devient vert jaune à maturité. Sa chair blanche et molle est parsemée de graines noires. Se déguste nature, en jus, sorbet… Je n’ai jamais vraiment apprécié ce fruit, mais aujourd’hui mes goûts gustatifs ont bien changé et je ne suis pas contre un verre de jus de corossol bien frais !

vacances culinaires

vacances culinaires

Voilà, les vacances sont terminées. Par manque de temps, je n’ai pas pu aller visiter la vanilleraie de Pointe-Noire (il est important pour moi de faire découvrir les  petits producteurs locaux), ce sera pour un prochain voyage !